Yanik

Seul spectacle au titre sans voyelles et livré avec notice et posologie ! Comme pour des collutoires qui font « Pschitt » mais là, le remède est anti-morosité.

Et tire à vue sur les machos, les barjots, les mythos, les fachos.
« Pfff », une interjection de dédain pour tous les formatages dans une langue percutante, pertinente et peu châtiée. Le second degré y est roi.

Un panel savoureux de tout ce dont l’homme est capable en terme de muflerie chronique. Un show sans cesse dans le second degré, truffé de phrases assassines et de situations qui vont parfois très loin.